Monday, 14 September 2020

I  N  D  E  X

    


















39. TVPI Vidéo de notre weekend 2013 - TVPI video of our 2013 weekend.

Cette courte vidéo (en 3 langues) montre notre week-end Comète de 2013. Malheureusement, certains des présents nous ont quittés depuis. Ils ne seront jamais oubliés. Il est préférable de le voir en plein écran. Merci à TVPI pour avoir fourni le lien.

This short video (in 3 languages) shows our Comète weekend from 2013. Sadly, some of those present have since left us. They'll never be forgotten. It's best viewed in full screen. Thanks to TVPI for providing the link. 


Wednesday, 26 August 2020

38. Mémorial à Ihi Lepo - Memorial at Ihi Lepo

Bonjour chers amis,

Bien que cette année 2020 soit si particulière, et que nous ayons du annuler ou reporter l'ensemble de nos manifestations à l'année prochaine, certains membres de l'association restent toujours actifs. 

A propos du passage de Laressore-Espelette "Jauregiko borda" à Urdax, le projet d'un memorial en pleine montagne, dont l'inauguration prévue l'année prochaine, vient de vivre une véritable épopée. 

Grâce au concours d'agriculteurs locaux, Frantxoa Aguerre, Beñat Olaizola et Dominique Aguerre (membres actuels du Conseil d'Administration), ont transporté et mis en place deux pierres de 450 kilos, qui serviront de support au panneau explicatif de ce passage. 

Localisées sur le Gr10 en haut de la montagne, au lieu dit "col lhi lepo" entre les bornes frontières 75 et 76, les deux pierres ont été installées à l'aide de deux tracteurs.

Situées sur la commune d'Espelette, elles ont été placées en face de la bergerie de Xan Mihura qui a accueilli 126 aviateurs entre 1943 et 1944. 

Les passeurs d'Espelette Jean - Baptiste et Pierre Aguerre, Pierre Etchegoyen et Jean Elizondo les ont accompagné et  ont accompli leurs missions sans aucun incident. 


Voir les photos ci-dessous

Dear Friends,

Although this year 2020 will mainly be a fallow year for "Les amis du réseau Comète", (having cancelled or postponed the events planned for this year and moved them forward to 2021), several members of the association have been hard at work up in the mountains.

This year, we had planned on inaugurating a new memorial in the mountains to mark the inland route from Larressore - Espelette - "Jauregiko borda" - to Urdax, but that will now take place in 2021. However, the preliminary work of installing a couple of seriously heavy stones went ahead on 25th August (minus the above plaque) in an epic feat of 'force Basque'.   

Thanks to help kindly provided by a local farming family (Michel Urdangarin and his son Laurent plus their two tractors), Frantxoa Aguerre, Beñat Olaizola and Dominique Aguerre (members of the Board of Directors), transported the two stones weighing some 450 kg (approx 1000lbs) to the intended site which lies below a ridge line high up in the hills. There is no access to the site by road or track and because the site is on such steeply sloping ground, manoeuvring these heavy stones could only be safely achieved by using two tractors. The site location is known locally as "Col Ihi Lepo", and it lies between border markers 75 and 76 on the GR10. The stones will provide an immovable base for the explanatory panel (above) of this Comète passage. 

Located in the commune of Espelette on the French side, the memorial site was selected because only from there is it possible to see Xan Mihura's 'safe house' across the frontier -  "Jauregiko borda" - far down in the distance. Xan Mihura hosted 126 airmen there between 1943 and 1944. 

Their Comète guides from Espelette - the brothers Jean-Baptiste and Pierre Aguerre, Pierre Etchegoyen and Jean Elizondo - led the evaders through the night and delivered them to their destination without incident.

Looking forward to the next time we can all gather together again!









.. avec le fameux hêtre mort derrière 



Et voilà - c'est fait! 
Bravo l'équipe! 
Beñat, Michel Urdangarin (propriétaire d'Estebenborda), Dominique, Frantxoa et Laurent U
Un p'tit message de Mr Jean Dassié, notre Président: "Quel boulot!!! Tu remercieras de ma part tous les participants pour ce travail périlleux‌ mais réussi Encore une action pour la mémoire faîte par les Amis de COMETE"

A short message from Jean Dassié, our President: "What a job! Please pass on my thanks to all those involved with this tricky work successfully carried out. Another commemorative site made by The Friends of the Comet Line".   

23 septembre 2020. Aujourd'hui, la plaque a été mise en place. Nous espérons que la cérémonie d'inauguration officielle pourra avoir lieu en septembre 2021.

23rd September 2020. Today the plaque was fitted in place. We hope that the official inauguration ceremony can take place in September 2021.  



Sunday, 28 June 2020

37. Le weekend commémoratif de Comète 2020

Chers Amis,

Nous espérons que vous allez tous bien et que vous n’avez pas eu trop à pâtir de la crise sanitaire.

Pour Comète, comme pour la plupart des organisations, le confinement et les incertitudes qui demeurent, en dépit de sa levée, nous ont amenés, à notre grand regret, à bouleverser le calendrier prévu, faisant de 2020 une année « blanche » : l’assemblée générale n’a pas pu se tenir fin mai et les commémorations de septembre sont annulées et reportées en 2021 sur l’itinéraire prévu d’Anglet Sutar à Mandochinegeko Borda via Larressore et Espelette.

Durant le confinement, notre Président, Jean Dassié, hébergé dans l’EHPAD  d’Arbonne, a été privé de visites mais il a gardé bon moral et se porte bien.

Une triste nouvelle pour terminer : notre ami Bernard Pasdeloup vient de nous quitter brutalement. Porte-drapeau de la France Libre, il participait fidèlement à toutes nos cérémonies. C’était un être jovial et généreux qui laisse un grand vide.

Nous vous assurons de nos amicales pensées.

Le Conseil d’Administration.
Bernard Pasdeloup 
RIP 
Dear Friends,

We hope you are all keeping well and have not suffered too much from the health crisis.

It is with great regret that, despite the easing of the confinement, many uncertainties have remained and therefore we have had to take the unwelcome decision to cancel the commemorative Comet programme planned for 2020. We were also unable to hold our Annual General Meeting at the end of May, therefore 2020 will be a blank year for us.  

The commemorative weekend will now take place in September 2021 on the same route from Anglet Sutar to Mandochinegeko Borda via Larressore and Espelette that was planned for 2020.

During the confinement, our President, Jean Dassié, now a resident of the EHPAD, Arbonne, was denied visits but despite that he maintained his morale and is doing well.

Finally, some sad news: our friend Bernard Pasdeloup was taken from us suddenly. He was a regular Standard Bearer for Free France, and he took part in all our ceremonies without fail. He was a jovial and generous being who has left a great void. RIP Bernard. 

Our best wishes to all of you,   

Board of directors.

Wednesday, 15 April 2020

36. Bob Barckley RIP

Le capitaine d'aviation Bob Barckley, décédé le 28 mars à l'âge de 99 ans, a été abattu au-dessus de la France mais a réussi à échapper à la capture et à s'échapper en Espagne. À son retour, il rejoint son escadron et détruit 12 bombes volantes V-1, ce qui en fait l'un des principaux «as» contre l'arme terroriste.

Robert Edward Barckley est né le 18 novembre 1920 à Brentford, Middlesex. Au cours de l'été 1938, il rejoint un bataillon territorial des Royal Fusiliers et sert de cavalier d'expédition au sein du Corps expéditionnaire britannique. Il est évacué de Dunkerque le 2 juin 1940.


En décembre 1940, il se porte volontaire pour être muté à la RAF et s'entraîner comme pilote. Après avoir gagné ses «ailes», il a rejoint l'escadron No 3 opérant à la fois comme chasseurs de nuit et de jour avec leurs Hurricane II entièrement noirs (à droite). Leur tâche principale consistait à patrouiller à l'aube et au crépuscule sur les convois de la mer du Nord.

Après quelques semaines de missions de nuit contre les intrus, l'escadron a été retiré de la ligne de front pour se rééquiper du Hawker Typhoon. Le 18 mai 1943, l'escadron perd cinq pilotes, dont le commandant, lors d'une attaque contre l'aérodrome de la Luftwaffe à Poix. Deux semaines plus tard, Barckley a lui-même été abattu près de Dunkerque.

Typhoon 1B
Le 2 juin 1943, Barckley et un collègue ont décollé pour une mission d'intrusion dans leurs Typhoons du No 3 Squadron, chacun chargé de deux bombes de 500 lb. Près de la frontière franco-belge, il a attaqué un train à l'arrêt avec ses canons, lorsque la locomotive a explosé. Il a ensuite attaqué trois camions alors qu'il se dirigeait vers Dunkerque où il espérait trouver une «cible valable» pour ses bombes. En approchant de Bergues, il aperçut un long train de marchandises et décida d'attaquer. Au début de sa plongée, il a rencontré des tirs antiaériens intenses provenant d'un wagon à balles dans le train. Il a lâché ses bombes, mais en s'éloignant, son avion a été touché, une partie de l'aile tribord a été abattue et la colonne de commande a cessé de fonctionner. Il a réussi à s'aplatir en rebondissant sur quelques arbres, a raté quelques chalets et s'est enfoncé dans le sol à grande vitesse; il a perdu connaissance. Après avoir récupéré, il a autorisé l'avion et s'est échappé lorsque des soldats allemands sont apparus.

Il a marché pendant 32km en direction de St Omer, et dans un village voisin a demandé de l'aide dans une église. Un médecin a soigné ses blessures et a reçu de la nourriture et des vêtements avant d'être emmené dans une ferme. Après avoir prouvé son identité au chef de la résistance locale, il a été emmené dans une «maison sûre» (Jacques le Grelle) à Paris. À son insu, il était désormais entre les mains de la ligne d'échappement belge Comet.

Après avoir passé quelques semaines dans la clandestinité, une jeune femme (Mme Rosine WITTON) l'a emmené en train à Dax dans le sud-ouest de la France, d'où il a parcouru 55 km à vélo jusqu'à l'Auberge Larre d'Anglet-Sutar. Il a rejoint un groupe d'autres évadés et à la tombée de la nuit, Jean-François Nothomb ("Franco") et un guide basque anonyme les ont emmenés à travers les Pyrénées jusqu'à Saint-Sébastien en Espagne, d'où il a été récupéré en voiture et emmené à l'ambassade britannique. à Madrid.

Il a été transféré à Gibraltar et, le 16 août, il a été transporté par avion à RAF Northolt dans un Dakota. Après un débriefing à Londres, il est retourné dans son escadron et quatre jours plus tard, il a repris le vol opérationnel.

À son retour d'Espagne, il a constaté que son escadron avait déménagé à Manston dans le Kent. À son arrivée, il a téléphoné au commandant, qui a refusé de croire que c'était lui qui appelait. "Non," répondit-il, "ça ne peut pas être Bob Barckley, il a été abattu, il est mort."

Barckley a réussi à le convaincre qu'il était vivant et attendait dans le mess des officiers. Il y a eu des célébrations pour marquer le seul pilote de l’escadron à être abattu et à retourner en Angleterre.

Barckley était bientôt de retour pour survoler la France jusqu'en mars 1944, lorsque l'escadron est devenu le premier à se rééquiper du chasseur-bombardier Tempest le plus rapide. Le 8 mai, il effectuait une mission d'intrusion au-dessus de la France lorsqu'il a repéré une lumière brillante dans le ciel. Il l'a suivi et l'a abattu. Il écrivait dans son journal de bord: «chassé la lumière aéroportée d'Evreux au Havre. J’ai tiré trois rafales, elle est descendue en mer. Un avion à réaction? " Il a ajouté plus tard: "Plutôt prescient de moi!"

Barckley a ouvert son compte le 18 juin et un jour plus tard, il en a abattu deux autres sur Kent. À la mi-juillet, il en avait détruit neuf.

Le 14 juillet, il avait épuisé toutes ses munitions en abattant une lorsqu'il en a vu une seconde. Il a pu accélérer et attraper le V-1 quand il a placé le bout de son aile sous l'aile tronquée de la bombe volante et a immédiatement renversé sa colonne de contrôle et s'est incliné. L'arme s'est renversée et s'est écrasée dans un bois près de Sevenoaks.

Fin août, Barckley avait détruit 12 V-Is et en partageait un autre. Il a été mentionné deux fois à Despatches et, en novembre 1944, a reçu le DFC pour «son haut degré de courage».

Il s'est retiré au nord du Pays de Galles, où il aimait se promener dans les collines.

Il était un membre de longue date et dévoué de la Aircrew Association, de la RAF Escaping Society et de son successeur, l'Escape Lines Memorial Society. Il était un habitué des congrès annuels et il n'a jamais oublié ses vaillants «aides» de la Comet Line. Il a assisté à leurs retrouvailles à Bruxelles et en 2014 a effectué sa dernière visite pour rencontrer les survivants. 

Capitaine d'aviation Bob Barckley, né le 18 novembre 1920, décédé le 28 mars 2020. RIP Bob.

Robert E Barckley 1920 - 2020
Flight Lieutenant Bob Barckley, who died on 28th March aged 99, was shot down over France but managed to evade capture and escape to Spain. On his return he rejoined his squadron and destroyed 12 V-1 flying bombs, making him one of the leading “aces” against the terror weapon.

Robert Edward Barckley was born on 18th November 1920 in Brentford, Middlesex. In the summer of 1938 he joined a territorial battalion of the Royal Fusiliers and served as a despatch rider with the British Expeditionary Force. He was evacuated from Dunkirk on June 2 1940.

In December 1940 he volunteered to transfer to the RAF and train as a pilot. After gaining his “wings” he joined No 3 Squadron (left) operating as both night- and day-fighters with their all-black Hurricane IIs - here's Bob with his Hurricane (right). Their main task was dawn and dusk patrols over the North Sea convoys.

After a few weeks flying night intruder missions, the squadron was withdrawn from the front line to re-equip with the Hawker Typhoon. On May 18 1943 the squadron lost five pilots, including the CO, during an attack against the Luftwaffe airfield at Poix. Two weeks later, Barckley was himself shot down near Dunkirk.
Hawker Typhoon 1B
On 2nd June 1943 Barckley and a colleague took off on an intruder mission in their Typhoons of No 3 Squadron, each loaded with two 500lb bombs. Near the French/Belgian border he attacked a stationary train with his cannons, when the locomotive blew up. He then attacked three trucks as he headed towards Dunkirk where he hoped to find a “worthwhile target” for his bombs. Approaching Bergues, he saw a long goods train and decided to attack. As he started his dive, he encountered intense anti-aircraft fire from a flak wagon on the train. He dropped his bombs, but as he pulled away his aircraft was hit, part of the starboard wing was shot away and the control column ceased to function. He managed to flatten out as he bounced off some trees, missed some cottages and slammed into the ground at high speed; he was rendered unconscious. After recovering, he cleared the aircraft and escaped as German soldiers appeared.
He walked for 20 miles towards St Omer, and in a nearby village sought help at a church. A doctor attended to his wounds, and he was given food and clothing before being taken to a farm. After proving his identity to the local Resistance chief, he was taken to a “safe house” (Jacques le Grelle) in Paris. Unknown to him, he was now in the hands of the Belgian-run “Comet” escape line.

After he had spent a few weeks in hiding, a young woman (Mme Rosine WITTON) took him by train to Dax in SW France, from where he cycled 55km to the Auberge Larre at Anglet-Sutar. He joined a party of other evaders and at nightfall Jean-François Nothomb ("Franco") and an un-named Basque guide led them across the Pyrenees to San Sebastian in Spain, from where he was collected by car and taken to the British Embassy in Madrid.

He was moved to Gibraltar, and on August 16 he was flown to RAF Northolt in a Dakota. After debriefing in London he returned to his squadron and four days later resumed operational flying.

When he returned from Spain he found that his squadron had moved to Manston in Kent. On arrival he telephoned the CO, who refused to believe that it was him making the call. “No,” he responded, “it cannot be Bob Barckley, he was shot down, he's dead.”

Barckley managed to convince him that he was alive and waiting in the officer’s mess. There were celebrations to mark the squadron’s only pilot to be shot down and make it back to England.

Barckley was soon back flying sweeps over France until March 1944, when the squadron became the first to re-equip with the faster Tempest fighter-bomber. On May 8 he was flying an intruder mission over France when he spotted a bright light in the sky. He followed it and shot it down. He wrote in his log book: “chased airborne light from Evreux to Le Havre. Fired three bursts, it went down in sea. Jet aircraft?” He later added: “Rather prescient of me!”

Bob appears in this Tempest video at 2:20.. and again at intervals throughout: 
Barckley opened his account on June 18, and a day later shot down two more over Kent. By the middle of July he had destroyed nine.

On July 14 he had used up all his ammunition shooting one down when he saw a second. He was able to accelerate and catch the V-1 when he placed his wing tip under the stubby wing of the flying bomb and immediately flipped his control column and banked. The weapon tipped over and crashed into a wood near Sevenoaks.

By the end of August Barckley had destroyed 12 V-Is and shared another. He was twice Mentioned in Despatches, and in November 1944 was awarded the DFC for “his high degree of courage.”

He retired to North Wales, where he enjoyed walking in the hills.

He was a long-standing and devoted member of the Aircrew Association, the RAF Escaping Society and its successor, the Escape Lines Memorial Society. He was a regular at annual conventions and he never forgot his gallant “helpers” of the Comet Line. He attended their reunions in Brussels and in 2014 made his last visit to meet the survivors.

Flight Lieutenant Bob Barckley, born November 18 1920, died March 28 2020. RIP Bob.



Friday, 10 April 2020

35. Mise à jour des nouvelles - News Update

Chers Amis du réseau Comète,

Nous espérons que vous allez bien et que vos familles n'ont pas trop à pâtir du confinement. Afin de garder le contact avec vous, nous souhaitons vous donner quelques nouvelles de l'équipe exécutive de notre association :

Jean Dassié, que nous ne pouvons plus approcher que par téléphone est confiné dans la maison de retraite d'Arbonne. Il se porte bien, a bon moral et reste très positif.

Le conseil d'administration s'est réuni le 11 mars pour étudier notamment une évolution de notre organisation destinée à impliquer d'avantage nos amis du sud-Bidassoa. Il a pris acte de la démission du trésorier Hubert Kirschhoffer et a entériné son remplacement par Marc Dupont. Il a aussi accueilli Beñat Olaizoa parmi ses membres. A l'ordre du jour également, l'assemblée générale annuelle - initialement prévue pour le 30 mai - et le programme des commémorations de septembre.

Dans le climat d’incertitude actuel, aucun projet ne peut, bien sûr, être finalisé.

Nous vous souhaitons, malgré tout, de joyeuses fêtes de Pâques et vous assurons de nos amicales pensées.

Le conseil d'administration

Dear friends of the Comète network,

We hope that you are well and that your families do not suffer too much from confinement. In order to keep in touch with you, we would like to give you some news from the commitee of our association:

Jean Dassié, whom we can no longer contact except by telephone, is confined to the retirement home in Arbonne. He is doing well, has good morale and remains very positive.

The committee met on March 11 to study in particular a re-structuring of our organisation intended to involve our friends from South Bidassoa more. We took note of the resignation of the treasurer Hubert Kirschhoffer and approved his replacement by Marc Dupont. We also welcomed Beñat Olaizoa to the committee. Also on the agenda is the annual general meeting - initially scheduled for May 30 - and the commemorative program for September.

In the current climate of uncertainty, no project can, of course, be finalised.

We wish you, however, happy Easter holidays and assure you of our friendly thoughts.

The committee - "Friends of the Comet Line".