Monday, 24 June 2019

I  N  D  E  X

33. Bob Frost RIP

32. Comète weekend - 13-15 septembre 2019  Nouveau - New 20/07/2019

    


















33. Bob Frost RIP

24th June. Le texte qui suit a été écrit par Geoff Cowling, nom bien connu dans la famille Comète, après avoir assisté aux obsèques de Bob Frost, un des derniers évadés de Comète. Les mots de Bob sont en italique. 
Bob Frost †
1923 - 2019

A son retour à la base de la RAF Snaith, après avoir échappé à la capture, Bob découvrit que 30 bombardiers (type Wellington) de son 150 escadron avaient été abattus en 3 mois. Bob a surement été très affecté à ce moment de sa vie, se rendant compte que ses camarades avaient disparu et que le fait que son avion ait été abattu lui avait en fait sauvé la vie. Peut-être que les mots qu'il écrivit 4 ans plus tard commencèrent à lui venir à l'esprit alors. Il se peut que Bob ait ressenti ce sentiment de culpabilité qu'éprouvaient les rescapés. 

Une fois qu'il se rendait en taxi à une cérémonie pour la SOE à l'abbaye de Westminster, Bob dit ceci "Quand vous me voyez, il y a 50 fantômes à mes côtés."

J'ai beaucoup repensé aux mots que Bob écrivit pour ses funérailles. Mots apparemment écrits par Bob quand il était à Paris en 1946 et qu'il avait gardés pour lui tant au long de sa vie et seulement révélés lors de sa mort.

Ne pleurez pas pour moi, ma tâche est accomplie.
Les jeux sont faits, le sablier est vide.
mais si vous desirez vous souvenir de moi,
et me laisser reposer en paix
ma tâche est accomplie,
mais pavez la voie pour l’enfant qui viendra.  

Ces mots sont très profonds. La dernière ligne est un appel à ce que l'on se soucie de la génération future. Des mots extraordinairement clairvoyants écrit par un jeune mitrailleur arrière de 23 ans. Ce fut un vrai privilège de les faire entendre.   
_______________________

The following was written by Geoff Cowling, a name known to many in the Comète family, after attending the funeral of Bob Frost, one of Comet's last evaders. Bob’s words are in italics.

150 Squadron
On his return to his base at RAF Snaith after evading capture, Bob discovered that 30 Wellingtons from his 150 Squadron had been lost in 3 months. Bob must have been deeply affected at that point in his young life....finding his comrades gone and perhaps realising that being shot down may well have saved his own life. Perhaps the words he wrote four years later started to come to him then. Bob may have suffered something close to survivors' guilt. Once, in a taxi on the way to a service for the SOE at Westminster Abbey, Bob remarked "When you see me, there are 50 ghosts standing at my side...."

Bob in later years
I've been pondering about the words Bob wrote for his funeral Requiem, words apparently written by Bob himself while he was in Paris in 1946 that Bob kept to himself throughout his life, only revealing them on his death. The words are profound. The last line is a plea to care for the unborn generation to come.

Cry not for me, my task is done
The game is played, the sand is run
But if you would my memory keep
and let me rest content asleep
Cry not for me my task is done
But make life fit for the unborn son.

Extraordinarily prescient words to be written by a 23 year old Wellington rear gunner! It was a real privilege to give them voice.
-----------------------------------------


Wednesday, 13 February 2019

32. Comète weekend - 13-15 septembre 2019




Chères Amies, Chers Amis,

Cette année l'Association 'Les Amis du Réseau Comète' souhaite vous faire part du caractère tout à fait exceptionnel de ses Journées Commémoratives qui ont lieu les 13 - 14 - 15 septembre. Elles se dérouleront dans le cadre de deux événements mémoriels :

- le 75ème anniversaire du dernière passage et le 20ème anniversaire de la création de notre association. 

Grâce au précieux concours des Municipalités, deux inaugurations se dérouleront le vendredi :

- une plaque souvenir à la gare de Bayonne en hommage aux bayonnais du réseau, et une sculpture "In Memoriam" sur la place Lamothe, Anglet, pour un hommage à l'ensemble des membres du réseau Comète.

Le samedi et le dimanche deux journées de marche sur le passage de la Bidassoa, de Saint Jean de Luz à Oiartzun, avec le dimanche, un grand repas de l'amitié dans une cidrerie.

Comptant sur votre précieuse présence, nous restons à votre disposition pour tous les renseignements dont vous auriez besoin.

Accédez aux formulaires dans le format qui vous convient:


Page de Garde: Word ou pdf

Programme: Word ou pdf (nouveau - quelques changements ici)

Bulletin d'Inscription: Word ou pdf 

Au plaisir de vous revoir,

Pour " Les Amis du Réseau Comète "


Dear friends,

The Comet weekend in the Pays Basque 2019, organised by the "Friends of the Comet Line" Association for 13th-15th September, promises to be especially memorable this year for several reasons. The 3 day commemorative weekend will be marked by a number of ceremonies and themes as follows:
  • a souvenir plaque will be unveiled at Bayonne railway station on the Friday as a tribute to those of the Bayonne network;
  • the Town Hall, Anglet has kindly commissioned a memorial sculpture in honour of the men and women of the Comet Line. It will be situated at the Place Lamothe, Anglet, and it will also be inaugurated on the Friday;
  • this year sees the 75th anniversary of the last passage by evading Allied airmen; 
  • finally, 2019 marks the 20th anniversary of "Les amis du réseau Comète".
Saturday and Sunday will see us walking over the original route taken by the Comet guides and the evaders over the Pyrenees, starting at Ciboure on the Saturday, including wading through the Bidassoa, after which we'll all enjoy the traditional sardinade served by our Spanish friends from the Urdaburu association. After an early start on Sunday morning, we'll then head for Sarobe farm, the 'safe' house in Spain that was a welcome haven for so many airmen, before we finish up with a communal meal (and singing!) in a cider house near Biriatou.

We're looking forward to seeing you all again - to re-kindle once again the spirit of Comète among friends - both old and new. Please keep these dates (13-15 September) free in your diaries. If you do have any questions of a general nature at this stage, then please don't hesitate to ask us (use the contact form in the left hand margin).  

Access the forms in the format that suits you:


Cover page: Word or pdf 

Programme: Word or pdf (new - some changes here)

Sign-Up Form: Word or pdf


Looking forward to seeing you soon,

The "Friends of the Comet Line"

Wednesday, 9 January 2019

31. George and Janet Duffee RIP

C’est avec un profond regret et une grande tristesse que nous devons annoncer le décès de l’éminent évadé de Comète George Duffee survenu le 21 décembre 2018 à l’âge de 94 ans. Janet, son épouse bien-aimée, l’avait précédé de 6 semaines. Ils étaient mariés depuis 72 ans. 

Ils ont formé un couple très uni tout au long de leur vie et il était touchant de les voir toujours aussi amoureux après toutes ces années passées ensemble. C’était un gentleman plein de charisme aux yeux pétillants et enjoué. Il personnifiait l’esprit de cette grande génération que nous ne reverrons certainement plus. Il est resté fidèle aux nobles idéaux qui l’ont conduit pendant cette période sombre. 

Au cours de sa première mission opérationnelle avec l’escadrille 78 comme 2ème pilote (c’est à dire co-pilote pour une opération d’acclimatation), l’avion (Halifax) de George eu la malchance d’être abattu par un pilote de chasse allemand comme il revenait de Mulheim la nuit du 22-23 juin 1943. Il m’a dit qu’il avait quitté la maison de ses parents à Londres après une semaine de congé le 22 et moins de 24 heures plus tard il se retrouvait planté dans un champ de pommes de terre au petit matin près de Beugt, Noord-Brabant aux Pays-Bas. 

Aidé par le réseau Comète, il fut le 144ème évadé à franchir les Pyrénées, ce qui lui prit 14 heures par une nuit très pluvieuse de septembre. Cette marche forcée marqua beaucoup ce garçon de 19 ans qu’il était et après la guerre il revint souvent en Belgique et au Pays Basque remercier les membres de Comète qui lui avaient sauvé la vie en risquant la leur. 

George et son équipage
De retour au Royaume Uni, il accomplit encore 39 missions en tant que pilote avec l’escadrille 78 et reçut la croix du service distingué (DFC) dans l’aviation. Après la guerre il joua un rôle actif dans le pont aérien de Berlin avec la Royal Air Force et Bond Air Services avant de travailler pour British European Airways (BEA) en passant de Vikings aux Dakotas, Viscounts et Tridents pour enfin devenir commandant de bord instructeur sur Tristars. Il poursuivit une carrière distinguée avec British Airways et il appréciait vivement comme il le disait le fait que "il pouvait piloter sans que personne ne lui tire dessus", puis prit sa retraite en Espagne en 1979. En 2007, George et Janet revinrent au Royaume Uni à Aberaeron dans le Ceredigion au Pays de Galles pour se rapprocher de leur fils Tim et de leur fille Helen. 

Ceux qui ont aidé George -
à gauche: Martin der Kinderen -
à droit: Kattalin Aguirre)
George ecrivit ce qui suit en 2013: "en 1947 je suis retourné à Bruxelles avec ma femme et ai logé chez le professeur et Madame Pirart et par eux ai rencontré Andrée de Jongh et son amie Germaine, une survivante comme elle de Ravensbruck. Nous avons continué à rendre visite aux membres de Comète qui nous avaient aidés, Michou Dumon ("Lily") et sa soeur Andrée ("Nadine") à Bruxelles chaque année ainsi que d’autres membres de la Royal Air Force Escape Society jusqu’à sa dissolution en 1995". 

George et Janet, Pyrenees, 1955
"En 1951, cette fois avec notre fils Tim, nous sommes retournés à Saint-Jean-de-Luz et avons séjourné chez Kattalin Aguirre à Ciboure et en 1955 (cette fois avec Tim et Helen) je franchis à nouveau les Pyrénées avec Florentino. Nous continuons de revenir à Saint-Jean-de-Luz et avec "Nadine", la soeur de Lily Dumon, nous déposons des gerbes sur les tombes de Kattalin et Florentino tandis que les plus jeunes membres de nos familles franchissent les Pyrénées à pied".

"En 1955, mon jeune beau-frère s’est rendu aux Pays Bas en participant à un échange d’étudiants et est allé voir Martin der Kinderen, qui fut mon premier contact dans la Hollande occupée. On lui a permis de faire un tour avec la même bicyclette qui m’avait été prêtée et revint avec le message que nous devrions rendre visite à Martin. Ce fut le début d’une amitié qui ne s’est jamais démentie qui mena Martin à venir fêter ses 80 ans chez nous en Espagne. Cette année sa fille Uus s’est jointe à nous pour le diner de la réunion annuelle de l’association Escape Lines Memorial Society (ELMS) à York". 
George et "Nadine", Anglet 2013
Pour un homme qui avait mené une vie si remplie et si active les restrictions imposées à George par le grand âge étaient pour lui un autre défi à affronter avec le stoïcisme, le courage et l’élégance qui lui étaient habituels; et l’insistance qu’il a mis à survivre à Janet est encore un autre exemple de sa bravoure et de son estime éternelle pour elle. Il manquera beaucoup à tous ses amis du Pays Basque et bien au-delà. 

RIP George et Janet 

George and Janet
It is with deep regret and much sadness that we have to announce the passing of noted Comète evader George Duffee on 21st December 2018 aged 94. Janet, his beloved wife, predeceased him by 3 weeks. They had been married for 72 years.

They were truly a devoted couple and it was touching to see that after all these years, they were still clearly very much in love. He was a charismatic gentleman, with an ever-present twinkle in his eye and always ready with a quip. He epitomised the spirit of that great generation, the like of which I doubt we'll ever see again. He remained true to the noble ideals that saw him through that dark period of history.   

George at the Office
Flying on his first operational mission on 78 Squadron as ‘2nd dickey’ (ie, co-pilot for operational acclimatisation), George had the misfortune to be shot down in his Halifax by a German night fighter during the return from Mulheim during the night of 22-23rd June 1943. He told me that he'd left his parents’ house in London after a week's leave on the morning of the 22nd and less than 24 hours later he found himself standing in a potato field in the wee small hours near Beugt, Noord-Brabant, Netherlands. (His full story here)

Helped by Comète, he was the 144th evader to cross the Pyrenees, which he did on a wet September night in 1943 during the course of an extended 14 hour crossing. This epic slog made a lasting impression on 19 year old George and after the war he returned many times to Belgium and the Pays Basque to thank those of Comète who'd given him his life back at great personal risk to themselves.

On returning to the UK, he went on to fly 39 further operational missions with 78 Squadron and he was subsequently awarded the Distinguished Flying Cross (DFC). Post war, he was actively involved in the Berlin airlift with the RAF and Bond Air Services before joining British European Airways (BEA) where he progressed from Vikings, Dakotas, Viscounts and Tridents before ultimately becoming a Training Captain on Tristars. He enjoyed a distinguished career with British Airways where, as he would say, "No-one shot at me - it was lovely!" before retiring to Spain in 1979. In 2007, George and Janet returned to the UK to Aberaeron, Ceredigion in West Wales to be nearer to son Tim and daughter Helen.

George & Florentino,
Pyrenees, 1955
Kattalin Aguirre (centre) holding 
Tim with Janet & Florentino, 
St-Jean-de-Luz station, 1951
George wrote the following in 2013: "In 1947, I returned to Brussels with my wife and again stayed with Professor and Mme Pirart and through them met Andrée de Jongh and her friend Germaine, a fellow survivor of Ravensbruck. We continued to visit our Comete helpers, Michou Dumon ("Lily") and her sister Andrée ("Nadine") in Brussels every year, together with other members of the Royal Air Forces Escaping Society, until it was disbanded in 1995."

"In 1951, this time with our son Tim, we returned to Saint-Jean-de-Luz and stayed at Kattalin Aguirre's house in Ciboure and in 1955, (visiting with Tim and Helen), I was once again walking over the Pyrenees with Florentino. We still visit St Jean de Luz to this day and together with Lily Dumon's sister Nadine, lay wreaths on the graves of Kattalin and Florentino whilst the younger members of our families walk over the Pyrenees together."

"In 1955, my young brother-in-law visited the Netherlands on a student exchange and called in to see Martin der Kinderen, my first contact in occupied Holland. He was treated to a ride on the same bicycle which had been lent to me and returned with a message that we should visit Martin. This was the beginning of a lifelong friendship which culminated in Martin celebrating his 80th birthday with us in Spain. This year, his daughter Uus joined us for the Escape Lines Memorial Society (ELMS) annual reunion dinner in York."

For a man who had experienced such a full and active life the cruel restrictions placed upon George by the advancing years were just another challenge for him to overcome with his customary stoicism, bravery and grace; and his insistence on outliving Janet yet another example of his gallantry and lifelong consideration for her.

They'll be greatly missed by their many friends in the Pays Basque and beyond. 

RIP George and Janet 

Tuesday, 6 November 2018

30. Comète weekend 2019

Veuillez noter pour votre planification à long terme que le week-end Comet 2018 aura lieu sur la route 'classique' via la Bidassoa pendant ces dates: vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 septembre 2019.

Please note for your long term planning that the Comet weekend 2019 will take place over the 'classic' Bidassoa route during the following dates: Friday 13th, Saturday 14th and Sunday 15th September 2019.

29. Chant Hommage au Réseau Comète "Petit Cyclone"

"Petit Cyclone" est le surnom de code attribué à Andrée De Jongh, jeune belge de 24 ans, créatrice du réseau d'évasion Comète, cette filière fut sous l'occupation Nazie, pendant la seconde guerre mondiale, la plus longue chaîne d'évacuation d'aviateurs des Forces Alliées.

Le passage par le Pays Basque permit à 328 aviateurs de rejoindre Londres. 

Les paroles du chant sont de Dominique Aguerre, la musique de Mixel Suhubiette, membres de l'Association "Les Amis du Réseau Comète".

Il est interprété par le Choeur des Marins Adour Océan de la base aéro-navale de l'Adour à Anglet, au Pays Basque, sous la direction de Jean - Luc Casterets, accompagné à l'accordéon par Jean- Pierre Marlin. 



Andrée De Jongh, a 24 year old Belgian woman created the Comet Line in 1941 and it was her father, Frédéric De Jongh, who gave her the nickname "Petit Cyclone". This evasion network for repatriating Allied airmen endured the longest of all during the Nazi occupation in WWII.

Altogether some 328 airmen passed through the Basque Country en route to London.

Here is our song - In Homage to the Comet Line "Little Cyclone" Dominique Aguerre wrote the lyrics while Mixel Suhubiette set it to music, and both are members of the association "The Friends of the Comet Line".

It is performed here by the Adour Océan Marine Choir of the Adour naval air base at Anglet, in the Basque Country, under the direction of Jean Luc Casterets, accompanied by Jean Pierre Marlin on the accordion.

Lyrics          Music